fbpx
Sélectionner une page

Votre Mari n’est pas un plan d’épargne pension

 

C’est le titre d’un papier du gouvernement australien pour encourager les femmes à épargner pour leur retraite. Beaucoup de femmes mariées ou en couple se reposent complètement sur leur conjoint pour la gestion de leurs finances et pour assurer un revenu suffisant pour leur retraite. Cela les rend encore plus vulnérables dans le cas d’une séparation ou d’un décès prématuré de leur conjoint.

Les femmes ont 30-40% de capital en moins à la retraite. Cet écart est 2 fois plus important que l’écart salarial durant leur vie active.

 

Pourquoi les femmes sont-elles aussi fragilisées pendant la dernière partie de leur vie ?

 

Premièrement, les femmes ont besoin de plus d’argent pour leur pension. En effet, elles vivent en moyenne 5 ans de plus et seront seules à assumer les charges quotidiennes pendant ces 5 années. Qui plus est, ces dernières années nécessitent souvent des frais plus importants liés à la santé.

Deuxièmement, les femmes accumulent moins de capital dans les années précédant leur retraite car elles:

  • gagnent moins
  • ont des emplois qui sont moins susceptibles de bénéficier d’un plan d’épargne retraite de leur employeur
  • mettent moins de côté tous les mois
  • prennent plus souvent des pauses dans leur carrière ou travaillent à temps partiel
  • n’investissent pas ou peu leur épargne

 

 

Pas de panique – votre style de vie et les choix que vous faites vous appartiennent, nous sommes là pour vous aider à en tire le maximum pour vous sécuriser sur le long terme. 

Commençons par le début :

 

De combien ai-je besoin pour m’assurer une retraite confortable ?

 

La réponse est différente pour chacune d’entre nous. Pour calculer précisément le plan financier qui vous permettra d’assurer votre train de vie à la retraite, vous devez clarifier certains points:

  1.  vos besoins
  2. le train de vie qui vous convient
  3. vos sources de revenus
  4. sur combien d’années vous devez assumer ce train de vie
  5. dans quel état de santé

Vous trouvez cet exercice fastidieux?

Ca tombe bien, nous aussi et c’est pour cela que notre application prévoit de vous aider à calculer tout ça.

En attendant, quelques trucs et astuces pour vous faire une première idée et mettre en place des actions dès la rentrée.

 

Trucs et astuces pour commencer à planifier sa retraite

 

 

 

 1. Faites-vous une idée de vos droits acquis.

 

Si vous contribuez ou l’avez fait dans le passé, renseignez-vous auprès de votre/vos organisme(s) de pension pour déterminer vos droits acquis. Cela vous donnera une première idée de l’écart que vous devrez financer par d’autres voies.

Si vous avez déjà des plans d’épargne pension en place, à titre privé ou auprès de votre employeur, vous recevez normalement chaque année un relevé avec votre réserve acquise et celles projetées au terme de votre contrat. Si ça ne vous dit rien, contactez-les pour avoir ces renseignements. Encore une fois, cela donne une indication de ce sur quoi vous pouvez déjà compter.

 

2. Considérez que vous aurez besoin de 90% de votre salaire préretraite comme revenu mensuel.

 

C’est une estimation à la grosse louche. Vous ne devrez probablement plus rembourser votre maison si vous êtes propriétaire mais vous aurez peut-être envie de voyager plus et d’occuper votre temps libre – et vos dépenses de santé vont probablement augmenter.

 

3. Transformez ce revenu en montant annuel et multipliez par 15 pour avoir l’équivalent en capital retraite nécessaire.

 

A cause de l’inflation qui augmente le coût de la vie de 1 à 2 % en moyenne chaque année, maintenir votre train de vie sur du long terme demande plus d’effort que ce que vous pensez. Il faut que le rendement de vos économies soit au moins équivalent au taux d’inflation pour que vous ne perdiez pas de pouvoir d’achat au fur et à mesure des années.

 

4. Mettez de côté entre 15 et 20% de votre revenu dans votre épargne pension de manière systématique.

 

Tout d’abord, si vous ne l’avez pas encore fait,  utilisez les incitants fiscaux liés aux plans d’épargne retraite. En Belgique, les plafonds ont été légèrement augmentés et sont de 960 EUR par an avec un incitant fiscal de 30% ou 1230 EUR avec un impact fiscal de 25% au-delà des premiers 960 EUR. Au Luxembourg, le montant déductible est de 3200 EUR par personne par an. En France, le plafond de déduction dépend du revenu imposable. Ce plafond correspond à 10% du revenu imposable, sans pouvoir dépasser 8 fois le plafond de la sécurité sociale.

Par ailleurs, beaucoup de pays européens sont confrontés à la problématique du vieillissement de la population et d’un sous-financement des caisses de retraite. En conséquence, ces mesures d’incitations à l’épargne retraite complémentaires sont régulièrement revues et vont probablement être de plus en plus encouragées dans les années qui viennent. Nous vous tiendrons régulièrement au courant et nos outils tiendront évidemment compte des dernières législations en la matière.

En parallèle,  si vous êtes salariée et que votre employeur a mis un place un plan de pension, renseignez-vous sur les possibilités de contribuer également de manière volontaire. Certains employeurs offrent à leurs employés des conditions de faveur pour participer au plan d’entreprise. Parfois, ils offrent même d’ajouter une somme identique à ce que vous aurez vous-même contribué, jusqu’à un certain montant.

Complétez ces 2 types d’épargne retraite avec de l’épargne classique pour arriver aux 15-20% d’épargne par an.

 

 

 

 

5. Ne laissez pas trop d’épargne en cash, faites travailler votre argent.

 

Réservez 3 à 6 mois de salaire net sous forme de cash pour les gros imprévus et accidents de la vie – parce que dans ces moments-là, la dernière chose que vous voulez c’est de devoir vous inquiéter de vos finances. Ce fonds d’urgence sert à ça, à vous enlever le stress supplémentaire de devoir vous soucier de financement dans les moments de crise. Par contre, une fois ce fonds d’urgence constitué, ne gardez pas plus de cash que nécessaire car il vous coûte de l’argent.

Vous vous rappelez de l’inflation dont je vous ai parlé tout à l’heure ? Ayez en tête que l’ensemble de vos dépenses courantes augmentent en moyenne de 1 à 2% tous les ans. Aujourd’hui, les taux d’intérêt sur les comptes épargne rapportent beaucoup moins que ça. Vous perdez donc du pouvoir d’achat en laissant vos économies dormir sur un compte épargne faiblement rémunéré (et je ne parle même pas des éventuels frais de tenue de compte que vous payez tous les trimestres).

Commencez à investir petit à petit pour vous familiariser avec ce nouvel exercice et monter en compétence au fur et à mesure.

On se retrouve en septembre pour discuter de comment se lancer !

 

C’est tout pour cette fois, je vous laisse méditer tout ceci, faire vos calculs entre 2 baignades et revenir en septembre bien décidée à prendre votre avenir financier en main !

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires, questions, suggestions en bas de ce post !

Et si vous avez aimé, partagez cet article sur les réseaux sociaux et invitez vos ami.e.s à nous rejoindre en aimant notre page et en s’inscrivant à notre newsletter sur www.startalers.com

Je vous souhaite un excellent mois d’août et vous retrouverai avec grand plaisir en septembre pour de nouvelles aventures !

 

Au mois prochain les filles!

 

Star’micalement vôtre,

 

Gaëlle